Première rencontre avec une salope – histoire sexe

J’ai eu le plaisir de sortir avec des petites amies incroyablement belles et incroyablement perverses au fil des ans. Ce sont toutes des histoires vraies, et je ne les partage pas pour renforcer mon propre ego, mais pour faire savoir à tous les hommes bons que si vous respectez une femme, la traitez comme une égale et la soutenez au besoin, vous aussi pouvez vous retrouver dans l’une de ces situations folles. Je ne cesse de m’étonner à quel point une femme peut être perverse si elle se sent respectée….

C’est la première d’une série d’histoires sur Isabelle. Cette première histoire raconte comment nous nous sommes rencontrés et comment nous avons découvert des points communs. Plus tard, des histoires parleront de ses incroyables fétiches et de la façon dont nous les avons partagés…

Il y a quelques années, j’ai vécu dans un magnifique petit immeuble d’appartements au centre de la ville, avec vue sur les parcs. En tant que soldat en service, j’ai eu cette chance à cause d’une erreur dans le contrat de location de mon propriétaire, ce qui m’a permis de me permettre de me payer ce magnifique endroit clairement hors de mes moyens. Le bâtiment abritait une foule majoritairement yuppie, avec quelques retraités pour faire bonne mesure.

Dans l’appartement du rez-de-chaussée vivait Isabelle, une seule femme d’une trentaine d’années, une terrifiante grimpeuse sociale. C’était une de ces femmes qui aimaient faire du réseautage, qui vivaient pour gagner le succès d’une entreprise. Et elle a réussi, d’après ce que j’ai pu voir. Isabelle était une femme grande, sûre d’elle, athlétique et parfaitement unie dans son apparence personnelle et dans sa vie. Pour, toujours bien présenté, belle voiture, beaux vêtements, élégamment fait.

Donc, moi, étant un peu rude sur les bords et dans l’armée, je l’ai trouvée enivrante. Un jour, alors que nous faisions notre sourire et saluons en passant devant l’escalier, elle s’est arrêtée pour me faire savoir qu’elle invitait des collègues à boire un verre et que j’aimerais les rejoindre ? Dans ses yeux, je pouvais voir qu’elle voulait y voir la nouveauté d’un soldat, sans doute pour divertir avec des histoires fantaisistes de la vie régimentaire dont ils pouvaient rire, ponctuées de regards de mille mètres leur permettant de fustiger la guerre et sa brutalité. Et j’étais d’accord avec ça ! Heureux de jouer au bouffon pour une bande d’élites du monde des affaires.

Ce soir-là, je me douchais et me changeais, puis je prenais une bière et m’asseyais discrètement dans la cage d’escalier extérieure de l’immeuble, en regardant les talents à leur arrivée. Bien sûr, les gens ont commencé à arriver et j’ai entendu dire qu’ils avaient été accueillis par Isabelle de la manière habituelle des waspish. J’étais heureux de voir qu’il y avait une foule assez égale d’hommes et de femmes, et la plupart semblaient être célibataires. Ça devrait être amusant…. J’ai fini quelques bières et je suis descendu.

Isabelle m’a salué à la porte et j’ai été arrêté dans mes traces, les yeux écarquillés avec la mâchoire sur le sol. Permettez-moi de la décrire…. Elle mesure 1,75 m et est grande. Dans ses escarpins noirs, elle a atteint son maximum à 1,80 m. Des cheveux roux épais et vifs, généralement en chignon, tombaient en cascade le long de ses épaules, comme une chute d’eau ardente. Une peau claire maquillée à la perfection pour accentuer ses yeux verts, scintillant en salutation. Lèvres pulpeuses, rousses, qui complimentent ses cheveux naturels. Elle portait une robe d’émeraude élégante d’une seule pièce, nue sur les épaules à l’exception de quelques fines bretelles. Le tissu a été enseigné autour de sa taille incroyablement serrée et a gonflé parfaitement sur le décolleté exquis mais pas trop fait. Le tissu s’accrochait à ses cuisses, et je ne pouvais littéralement pas m’empêcher de la regarder de haut en bas. À mon grand plaisir, elle a ri et a tournoyé pour moi, me demandant si j’aimais ? J’ai réussi à m’étouffer quand j’ai vu son cul rond et parfait sortir en flirtant ouvertement…. Mon Dieu, j’avais besoin d’une bière !

Avec un baiser doux sur chaque joue, j’entrai dans son appartement, identique au mien, mais meublé avec beaucoup plus d’élégance. Et c’est alors qu’elle s’est lancée dans le réseautage sans peur que je savais qu’elle aimait. Elle m’a guidé pendant que je commençais à pomper des mains, à sourire, à apprendre et à oublier instantanément environ deux douzaines de noms quand on m’a présenté. Heureusement, l’appartement était bondé, le bruit était fort. C’était une affaire beaucoup plus lâche que ce que je pensais qu’elle voulait dire, et c’était bien aussi.

Alors que nous approchions de la fin des présentations, Isabelle s’est excusée pour répondre à la porte et je me suis retrouvée dans la cuisine avec une demi-douzaine de personnes parlant de ragots de bureau que j’écoutais avec un faux intérêt. Isabelle était clairement un hôte de qualité, car il y avait beaucoup de bière à laquelle j’étais le bienvenu, dont j’avais besoin dans cette foule avec qui je ne savais rien. J’ai été inclus poliment, la conversation a coulé à flot et j’ai apprécié le tout.

Après plusieurs heures, même l’alcool n’a pas pu cacher mon inquiétude que quelqu’un qui me regardait ait vu mes yeux revenir de temps en temps vers Isabelle, en espérant qu’elle reviendrait juste pour le plaisir de sa glorieuse compagnie. Ouais, j’étais accro à elle.

Ce n’était pas seulement le fait qu’elle était éblouissante. C’était sa confiance en elle, car elle était propriétaire de la chambre. Il est devenu évident d’après ses amis qu’elle était importante et qu’elle était sur le point d’être recommandée au conseil d’administration. Les femmes à qui j’ai parlé avaient toutes des choses positives et élogieuses à dire. De même, les hommes étaient positifs, mais ils avaient la même convoitise primitive dans leurs yeux lorsque son nom a été mentionné, comme moi. Elle avait plus d’yeux que les miens sur elle dans cette pièce.

Au fur et à mesure que la nuit avançait, de plus en plus de gens se comportaient d’une manière à laquelle j’étais de plus en plus habitué de la part de mes soldats. C’était pour s’amuser, mais quelqu’un a bien sûr tout gâché en vomissant juste devant la porte d’entrée d’Isabelle et en faisant une crise verbale avec sa femme. J’ai trouvé tout ça hilarant, mais Isabelle a pris ça comme le signal pour l’arrêter.

Je me suis dit que je devais être une bonne voisine et je me suis excusée auprès d’Isabelle et je lui ai dit que je nettoierai l’extérieur avant que les invités ne partent et que je devais marcher dans ce vomi idiot. Alors j’ai attrapé la caserne de la cage d’escalier et quand le couple en colère est parti, j’ai arrosé toute la zone au jet d’eau et nettoyé le vomi.

Je suis retournée dans plusieurs costumes à coke m’encourageant pour mon aide et une Isabelle assiégée essayant de chasser ses collègues. Encore une fois, étant un bon voisin et un inconnu à la fête, je leur ai dit qu’une plainte de bruit avait été déposée et que les flics seraient bientôt là, ce qui a eu l’effet désiré car je pense que beaucoup de gens avaient encore du’sherbert’ dans leurs poches.

Quand le gros est parti, Isabelle s’est levée et m’a serré dans ses bras et m’a fait un bisou sur la joue pour m’avoir aidée. J’en ai profité pour faire une petite pression et j’ai été récompensée par la sensation de son corps athlétique pressé contre moi, ne serait-ce qu’un instant. Nous avons bavardé et ri pendant qu’elle s’excusait en me remerciant encore et encore. Pendant que nous discutions, il était clair que quelques personnes étaient incapables de partir, et elle s’est excusée pour leur donner des couvertures. Je l’ai laissée faire et je suis montée me coucher.

Je me suis douché et je me suis changé en short et j’ai pris un verre de whisky, incapable de dormir pour penser à Isabelle. Je voulais désespérément redescendre, mais même dans mon état, je savais qu’on le verrait pour ce qu’il était ; un autre homme voulait désespérément se mettre dans son pantalon.

Alors j’ai mis du porno et je l’ai fait. Cependant, comme je commençais à m’énerver, on a frappé à la porte. Je ne savais pas à quoi m’attendre, mais dans ma hâte de répondre, j’ai oublié que j’étais torse nu et que j’avais une semi érection bombé dans mon short ample. C’est ainsi que j’ai répondu à une Élisabeth résignée qui portait encore sa robe élégante. Maintenant, c’était à son tour de me regarder de haut en bas avec reconnaissance, avant de s’excuser et de me demander si elle pouvait se doucher au mien parce que quelqu’un avait vomi dans ses toilettes et qu’elle ne supportait pas l’odeur ou l’ennui du nettoyage. A ce moment-là, ma semi érection tremblait et elle a dû voir ce moment de pur animalisme qui passait sur mon visage….

Alors elle est arrivée et je me suis précipitée pour lui chercher une serviette et quelque chose pour cacher le gonflement grandissant pendant qu’elle attendait dans le salon. En revenant, maintenant vêtue d’un pantalon de survêtement lourd pour cacher la houle et une serviette fraîche, j’ai vu à mon grand regret qu’elle regardait avec intention le porno que je regardais – bukkake. Sur l’écran, une femme poitrine sur le dos, baisée férocement par une douzaine d’hommes qui se branlaient et lui enduisaient ses nichons rebondissants de litrede sperme, son visage oblitéré et méconnaissable dans une masse de boue blanche. J’ai rougi en m’excusant abondamment. Elle m’a juste regardé d’un regard embarrassé, m’a remercié pour la serviette et est entrée à l’intérieur pour prendre une douche, passant rapidement dans l’embarras. Oh putain, oh putain, oh putain, oh putain…. J’ai fermé l’ordinateur portable et je me suis caché dans la chambre.

J’ai dû rire de la stupidité de tout cela et me préoccuper d’un livre pendant que j’essayais d’ignorer mon érection têtue et la pensée d’Isabelle sous la douche dans la pièce à côté.

Pendant une dizaine de minutes, la douche a couru jusqu’à ce qu’elle s’arrête et que je puisse entendre Isabelle ronronner à elle-même en se séchant. Désespérément excitée, tout ce que je pouvais faire, c’était de m’asseoir sur le bord de mon lit et de lui donner une bonne évasion par la porte d’entrée. Mais ce n’était pas le cas. Un léger tapotement sur la porte de ma chambre. J’ai répondu d’entrer, et la porte s’est ouverte à Isabelle enveloppée dans une serviette qui couvrait à peine son entrejambe, ses cheveux brûlants trempés d’eau et un sourire sur son visage.

Alors, tu aimes les bukkake, hein ?

La bouche sèche, tout ce que j’ai pu rassembler, c’est une déclaration d’accord prépubère et grinçante. Elle a ri, un rire profond et riche en marchant vers moi, en écartant les jambes et en s’asseyant sur mes genoux.

La première sensation était de sa chatte, nue, incroyablement chaude au toucher, directement au-dessus de mon érection maintenant monstrueuse. La deuxième sensation, ses énormes seins, méconnaissables maintenant qu’ils étaient libérés des confins soyeux d’un soutien-gorge, s’enfonçant dans ma poitrine. Des mamelons durs comme du roc pouvaient être sentis sur ma poitrine nue à travers l’épaisse serviette. Ses cheveux mouillés sur mes épaules, son haleine chaude à l’oreille en chuchotant :  » J’adore la sensation de voir un magnifique sperme se jeter dans ma chatte serrée, la sensation de voir le sperme recouvrir mes lèvres, la sensation d’un litre de jus d’homme qui coule sur mes seins… « .

C’était allumé. J’ai abandonné les sensibilités. Je l’ai prise dans mes bras, les mains fortes écrasant ses joues du cul alors que je me tenais debout, ses jambes enroulées autour de ma taille alors qu’elle jetait sa serviette. Nous nous sommes écrasés dans le miroir mural de la chambre à coucher, sa tête a rebondi de plaisir alors que j’embrassais son cou, ses épaules, avant de chercher et de trouver ses lèvres pulpeuses. Nous nous embrassions passionnément, intensément, sans aucune technique, seulement des langues sauvages qui se cherchaient, se suçaient, se léchaient les uns les autres alors que nos corps nus étaient entrelacés. Ses talons ont poussé mes pantalons de piste comme elle a arqué son dos, chaude chatte, trempant humide de broyage contre mes abdominaux laissant une traînée de jus lisse comme elle cherchait pour ma queue.

Avec mes mains qui la tenaient en l’air et lui tendaient les joues, une de ses mains a trouvé ma bite tandis que l’autre me serrait les cheveux et elle m’a forcé à l’intérieur d’elle. Nous avons tous les deux étouffé et nous nous sommes tus pendant que mon énorme casque lui mettait une chatte trempée dans l’eau. Mais c’était si serré ! La chaleur, l’humidité m’ont envoyé dans l’extase et avant même que j’aie poussé la moitié de ma bite de 19cm en elle, j’ai gémi, chaque muscle se contractant dans mon corps et la serrant dans un étau, j’ai pompé une charge massive en elle, recouvrant ses parois humides et remplissant son corps avec pompe après pompe de mes graines.

A son tour elle pleurait de plaisir, ses cuisses tremblant en tremblant alors qu’elle convulsait dans le plaisir d’être rassasiée, les orteils frisés et le dos incroyablement plié, elle jouissait sur le bout de ma bite, sa chatte de jus tombant sur ma queue nue et se mélangeant à ma propre graine. Tremblante, toujours à l’intérieur d’elle, je l’ai retournée et nous nous sommes effondrés sur mon lit, toujours joints, les visages rougis à quelques centimètres l’un de l’autre en nous embrassant doucement, tous les deux encore rongés par des secousses orgasmiques….

Mais nous n’avions pas fini. La pression de notre désir partagé avait été libérée, mais le nouveau, le plaisir excitant que nous avions trouvé l’un dans l’autre n’avait pas diminué. Doucement, je me suis agenouillé en arrière, soulageant ma bite dans et hors d’elle, tenant doucement ses cuisses pendant que je lentement accumulais un rythme. Peu de temps après, ses gémissements et mes grognements se sont synchronisés, car pendant plusieurs minutes nous avons baisé en tandem, complètement à l’aise l’un avec l’autre. Le désordre que nous avions fait à l’intérieur d’elle était glorieux à voir et cette esthétique visuelle m’a maintenu dur, même à travers les spasmes fous que ma queue faisait.

Ses lèvres de chatte étaient recouvertes de mon sperme qui s’infiltrait à chaque poussée. Son jus avait saturé les draps blancs sous son cul et scintillé sur ses cuisses et mon torse. Je me suis penché pour prendre mon téléphone sur le lit et j’ai demandé si je pouvais prendre une photo pour elle afin de voir ce que je pouvais faire.

Elle a souri et a accepté, et dans la lumière douce j’ai pris quelques photos de son corps magnifique, d’énormes seins qui bougent et des tétons durs comme du rock qui tirent sur le plafond. Sa chatte nue s’est remplie de 19cm de bite, incroyablement épaisse et l’écarte. Lèvres trempées dans le sperme, jus de fruits partout…. Après avoir fait mes photos officielles, je lui ai montré le téléphone et alors que je continuais à pomper, elle a regardé le désordre entre ses jambes, et son doigt a trouvé son clitoris et a commencé à se masturber furieusement par des coups profonds et puissants sur son rosebud.

Je n’arrêtais pas de baiser, je ne changeais pas les coups quand je sentais qu’elle se construisait un autre orgasme. Elle a laissé tomber le téléphone et a saisi une de mes mains, la plaçant sur son sein et exigeant que je torture son mamelon. Pétrissant, pinçant doucement au début, mes mains devenaient plus sévères à mesure que je déchiquetais ses seins, plus elle hurlait d’extase. Bientôt, les deux mains ont été détruire ses seins que j’ai baisé Isabelle de plus en plus dur sur son dos.

Encore une fois, nos orgasmes étaient synchronisés alors que je sentais ma charge arriver, elle criait plus fort que jamais, ses cuisses tremblaient à nouveau de façon incontrôlable, sa chatte négligée se contractait de nouveau et, comme son dos était arqué, elle est venue, couinant, les mains derrière sa tête et repoussant la tête du lit pour se mettre sur moi. Comme elle ralentissait ses mouvements, je me suis retirée et elle a pleuré pour que j’éjacule sur son visage, mais je n’ai pas bougé et à la place je me suis retirée et j’ai mis sa main sur ma bite. Agressivement, les dents dénudées, elle m’a regardé et m’a arraché la bite violemment, pleurant à travers les dents serrées pour que j’éjacule sur elle, éjaculant sur cette salope elle a pleuré et j’ai libéré une autre charge massive entre ses jambes, lui tirant dans le corps mince, le premier jet lui a projeté et frappé le visage retourné, la bouche ouverte, le second jet a frappé ses tétons tremblants tout de suite, pendant qu’elle continue à se masturber. J’étais perdue dans un moment de perfection, presque en train de m’évanouir alors que ce second orgasme d’une ampleur incroyable me brisait le corps.

Nous nous sommes effondrés en sueur, le sperme et les jus trempés côte à côte, les doigts oisifs se caressant dans la faible lumière tandis que nous gloussions à notre mess, nous demandant si quelqu’un en bas avait autant de plaisir….

L’histoire suivante avec Isabelle met en scène un bar bondé et un défi d’enfer….

Première rencontre avec une salope – histoire sexe